Les moins de 13 ans seront chassé des réseaux sociaux

0
2561
education

Son ancienne politique consistait uniquement à enquêter sur les comptes s’ils avaient été signalés spécifiquement pour être potentiellement mineurs.

Facebook a confirmé à TechCrunch qu’un changement “opérationnel” à sa politique est intervenu cette semaine. L’objectif est de verrouiller les comptes de tous les utilisateurs mineurs qu’ils rencontrent.

Facebook demandera aux utilisateurs de fournir la preuve qu’ils ont plus de 13 ans, notamment avec une copie de carte d’identité avec photo émise par l’administration du pays pour pouvoir accéder à nouveau leurs comptes.

Le problème découle du fait que Facebook, comme toutes les autres plates-formes sociales d’ailleurs, ne demande aucune preuve de l’âge lors de l’inscription. De toute façon, c’est impossible.

Facebook, un réseau de moins en moins utilité par les jeunes

C’est véritablement une opération délicate pour Facebook qui pourrait réduire le nombre de comptes d’utilisateurs de Facebook et Instagram. Délicat car elle pourrait diminuer les revenus publicitaires de la société. En effet, ces jeunes mineurs de moins de 13 ans sont très nombreux sur ces 2 plates-formes.

Après tout, Twitter, d’une certaine manière, est lui-même en train de réduire son nombre d’utilisateurs. Le réseau sociale supprime les comptes suspectés de s’être inscrits via des bots. De plus, les comptes suspectés d’être ceux de mineurs de moins de 13 ans chassé du réseau.

Facebook n’a plus la cote auprès des jeunes au fil du temps.  A l’inverse, celui-ci est fortement utilisé par leurs parents. On constate une migration des jeunes vers Instagram. Ce réseau appartenant à l’entreprise Facebook est encore incroyablement populaire chez les jeunes. On y compte probablement de nombreux jeunes voire des enfants.

Le changement vient en réponse à un rapport d’un documentaire d’investigation de Channel 4 et Firecrest Films au Royaume-Uni dans lequel on montre un journaliste devenu un modérateur de contenu pour Facebook par le biais d’une société tierce appelée CPL Resources à Dublin, en Irlande.

Un modérateur de cette entreprise prétend alors dans ce documentaire qu’ils ont été chargés d’ignorer les utilisateurs qui ont moins de 13 ans, en disant :

« Nous devons prouver que la personne est en dessous de l’âge autorisé. Si ce n’est pas le cas, nous aimons prétendre que nous sommes aveugles et que nous ne savons pas à quoi ressemble l’âge autorisé. »

Maintenant, un porte-parole de Facebook confirme à TechCrunch que c’est un changement à la façon dont les modérateurs sont formés pour appliquer sa politique d’âge à la fois pour Facebook et Instagram.

Une prise en compte du problème

Cela ne signifie pas que Facebook va commencer une large chasse visant les utilisateurs mineurs. Désormais, il consent à cesser d’ignorer les enfants de moins de 13 ans qu’il rencontre.

Le porte-parole de Facebook a souligné que ses conditions de service qui interdisent déjà les utilisateurs mineurs restent les mêmes, mais les conseils opérationnels donnés aux modérateurs pour l’application de cette politique a changé.

Facebook est interdit aux utilisateurs de moins de 13 ans. Cette interdiction vise à se conformer à la loi américaine sur la protection de la vie privée en ligne. Celle-ci exige le consentement des parents pour collecter des données sur les enfants.

Le changement pourrait voir plus d’utilisateurs mineurs de moins de 13 ans avoir leurs comptes supprimés. Cela pourrait à son tour réduire l’utilité du site pour leurs amis plus ou moins de 13 ans, les rendant moins engagés avec le réseau social. Et c’est pourtant le risque à prendre.

Facebook Kids destinés aux chassé des réseaux

C’est tout de même une nouvelle qui est en contradiction avec la stratégie de Facebook. L’entreprise essaie d’attirer les utilisateurs mineurs grâce à son Appli Messenger Kids. Cette version destiné aux enfants âgés de 6 à 12 ans de chatter avec ceux approuvés par leurs parents. Cette application n’est disponible qu’aux États-Unis, au Mexique, Canada et Pérou. Peut-être bientôt une appli Facebook Kids ?

Des publicités interdites aux mineurs

D’autre part, Facebook essaie de faire en sorte que les utilisateurs de moins de 13 ans dépendent moins du réseau social. Le réseau les redirige vers l’autre appli Messenger Kids.

C’est problématique de rendre les mineurs de moins de 13 ans incorrectement éligibles à Facebook et Instagram alors qu’ils pourraient voir des publicités pour l’alcool, le jeu d’argent réel, les prêts ou les services d’abonnement, les sites de rencontres, etc…

Ils seraient également en mesure de voir des contenus potentiellement offensants. Par exemple, la violence graphique n’est destinée qu’aux utilisateurs de plus de 18 ans. Celles-ci seront cachée derrière un avertissement interstitielle.

Facebook pourrait également exposer leurs coordonnées, l’école et l’anniversaire dans les résultats de recherche publique. Il cache les utilisateurs de moins de 18 ans.

Un contrôle dans les deux sens

Avec ce changement en cours, les utilisateurs qui demandent à changer leur date de naissance peuvent voir leurs comptes suspendus. Cette stratégie cherche à dissuader les utilisateurs de chercher à trafiquer leur âge réel.

Un porte-parole de Facebook a confirmé qu’aux États-Unis, au Canada et dans l’UE. Un utilisateur répertorié comme ayant plus de 18 ans essaie de changer son âge à moins de 18 ans, il sera invité à fournir une preuve de son âge.

Par ailleurs, ce changement sera étendu à WhatsApp et Messenger, deux applications de messagerie instantanée appartenant à Facebook.

Bref, Twitter a récemment bloqué les comptes d’utilisateurs de moins de 13 ans. Facebook ne fait que suivre la même procédure pour protéger les enfants de moins de 13 ans.

Source:https://www.begeek.fr/la-chasse-aux-de-13-ans-est-ouverte-sur-facebook-et-instagram-283965

 

Rate this post

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.